LE MONDE: Turquie : le journaliste français Loup Bureau libéré

Turquie : le journaliste français Loup Bureau libéré

Sorti de prison après 51 jours de détention, il devrait arriver en France dimanche matin. Il reste mis en examen pour appartenance à « une organisation terroriste ».

LE MONDE |  • Mis à jour le  |Par Marie Jégo (Istanbul, correspondante)

Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter

La visite à Ankara, jeudi 14 et vendredi 15 septembre, de Jean-Yves Le Drian, le ministre des affaires étrangères français, aura porté ses fruits. A peine avait-il quitté la Turquie que Martin Pradel, l’avocat français de Loup Bureau, annonçait la libération du journaliste emprisonné depuis plus de cinquante jours à Sirnak, dans le sud-est de la Turquie.

« Il sera expulsé prochainement », a-t-il écrit sur son compte Twitter« Loup a retrouvé la bonne humeur, mais il reste très éprouvé mentalement et physiquement par sa détention », a confié au Monde Rusen Aytac, elle aussi conseil de Loup Bureau, qui a pu s’entretenir avec lui par téléphone vendredi.

Sorti de prison dans la journée de vendredi, le jeune homme de 27 ans a passé la nuit au commissariat de Sirnak. Il devait arriver samedi en fin de journée à Paris, mais son avocat a finalement estimé dans l’après-midi qu’il arriverait « plus probablement » dimanche matin.

Le secrétaire général de Reporters sans frontières Christophe Deloire a annoncé sur Twitter son arrivée à 8 h 40.

Accusé d’appartenance « à une organisation terroriste », le journaliste a passé plus de cinquante jours à l’isolement. Il encourait une lourde peine de prison pour « appartenance à une formation armée »« Le tribunal de Sirnak n’a cependant pas clos le dossier, et il faudra poursuivre le combat », a prévenu Me Pradel.

« L’ARRESTATION DE LOUP ÉTAIT UN GESTE POLITIQUE, ET SA LIBÉRATION L’EST TOUT AUTANT », ESTIME RUSEN AYTAC, AVOCATE DU JOURNALISTE

Loup Bureau avait été interpellé le 26 juillet à la frontière entre l’Irak et la Turquie lors d’un contrôle de routine. Brièvement interpellé puis relâché, il avait ensuite été repris par une unité antiterroriste de la police après que des photos le montrant en compagnie de combattants kurdes syriens avaient été trouvées en sa possession, ainsi qu’un reportage sur le même sujet réalisé en 2013 et diffusé par TV5 Monde. Le tout a servi de pièces à conviction pour l’ouverture d’une enquête judiciaire. Il risquait une peine de prison équivalente à son âge.

« J’ai appris à mon retour de Turquie, avec une réelle émotion et un grand soulagement, que notre compatriote, M. Loup Bureau, avait été remis en liberté », a salué le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, dans un communiqué. Jeudi, lors de sa visite à Ankara, où il s’est entretenu avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan, le ministre a plaidé pour sa libération. Le président Emmanuel Macron, qui avait réclamé un dénouement rapide à son homologue turc, s’est réjoui de la bonne nouvelle. « C’est un grand soulagement pour nous tous », a-t-il écrit sur Twitter.

Soulagement aussi pour la famille du journaliste et ses amis, regroupés au sein d’un comité de soutien particulièrement actif. « Ils ont été incroyablement déterminés. Je salue aussi l’excellent travail de mon collègue turc, Mesut Gerez, la gestion habile de l’affaire par les autorités françaises, le travail accompli par Reporters sans frontières. La visite de Jean-Yves Le Drian a été déterminante », a expliqué Me Aytac.

Selon elle, « tout a été coordonné avec la visite du ministre ». Elle en est sûre, « l’arrestation de Loup était un geste politique, et sa libération l’est tout autant ». Comme l’a rappelé Christophe Deloire, le secrétaire général de RSF, « c’est Erdogan lui-même qui avait la clé de sa cellule ».

L’arbitraire est devenu la norme

Depuis le coup d’Etat raté du 15 juillet 2016, 50 000 personnes ont été arrêtées, dont 170 journalistes, turcs et binationaux. Parmi eux figurent Deniz Yücel, le correspondant du quotidien allemand Die Welt interpellé en février, ainsi que Mesale Tolu, une journaliste turco-allemande. Toute l’équipe d’Amnesty International Turquie – entre autres Idil Eser, la directrice, et Peter Steudtner, un formateur allemand en informatique – est derrière les barreaux depuis le début du mois de juillet sur la foi de charges fantaisistes.

L’arbitraire est devenu la norme, toutes les catégories socioprofessionnelles sont visées. « Nous vivons au beau milieu d’une guerre. Les tribunaux, les juges, les procureurs sont devenus des armes », estime Öyku Didem Aydin, une avocate qui défend des magistrats emprisonnés. L’arrestation, vendredi, de Celal Celik, l’avocat de Kemal Kiliçdaroglu, le chef du Parti Républicain du peuple (CHP), le principal parti d’opposition en Turquie, illustre le naufrage du système judiciaire.

 Lire aussi :   A Ankara, Le Drian ménage le gouvernement turc

Officiellement, Celal Celik, un ancien juge de la Cour de cassation, a été arrêté pour ses liens présumés avec le prédicateur en exil Fethullah Gülen, l’instigateur, selon Ankara, du coup d’Etat manqué. Cette accusation sert de prétexte à l’arrestation des voix dissonantes. Celal Celik paie pour ses liens avec le CHP, qu’il a rejoint en 2011 après avoir démissionné de son poste de juge en 2011 car il estimait que le système judiciaire « était mort » en Turquie.

« Actuellement, la Turquie avance à reculons par rapport au reste de la communauté des nations », estime Levent Gültekin, éditorialiste au quotidien Diken et ancien militant de l’AKP, le Parti de la justice et du développement, au pouvoir depuis 2002.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/09/15/le-journaliste-francais-loup-bureau-detenu-en-turquie-depuis-plus-de-50-jours-va-etre-libere_5186340_3214.html#6ld57AGPMTIb1ux9.99

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s