Le Monde: Theresa May veut une période de transition après le Brexit

Royaume-Uni : Theresa May veut une période de transition après le Brexit

La première ministre du Royaume-Uni a également assuré que son pays honorerait ses engagements financiers après le Brexit.

Le Monde.fr avec AFP |  • Mis à jour le 

Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter

La première ministre britannique, Theresa May, a confirmé, vendredi 22 septembre, l’objectif de sortie de l’Union européenne (UE) en mars 2019, soit deux ans après avoir envoyé la lettre d’activation de l’article 50 du traité de Lisbonne. Après cette date, à partir de laquelle le Royaume-Uni cessera d’être membre de l’UE, une autre période de transition de deux ans devrait démarrer.

Pendant cette seconde phase, les relations liant l’UE au Royaume-Uni resteraient en l’état, afin d’assurer une sortie de son pays de l’Union « en douceur et ordonnée », a souligné Mme May, lors d’un discours à Florence, en Italie.

Une période estimée à deux ans

Elle estime qu’il faudra environ deux ans pour implémenter complètement les nouveaux textes et adapter le pays à la sortie définitive de l’Union européenne.

« Par exemple, cela prendra du temps de mettre en place le nouveau système d’immigration nécessaire pour reprendre le contrôle des frontières britanniques. Pendant l’implémentation, les gens seront toujours libres de venir et même de travailler au Royaume-Uni, mais il y aura un système d’enregistrement, une préparation essentielle au nouveau régime. »

« Je sais que les entreprises, en particulier, accueilleraient favorablement les certitudes que [cette période de transition] donnerait », a souligné Theresa May. De son côté, le directeur de la chambre du commerce britannique, Adam Marshall, a estimé que cette transition devrait durer au moins trois ans, pour « donner aux entreprises suffisamment de temps pour se préparer ».

La première ministre a par ailleurs souhaité une approche « créative » des textes commerciaux qui seront signés entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Elle ne serait satisfaite ni par un accord sur le modèle du marché unique ni par un accord de libre-échange tel que celui entre l’UE et le Canada, qu’elle juge trop « restrictif », a-t-elle fait savoir.

 Lire aussi :   A Florence, Theresa May joue son va-tout sur le Brexit

Promesse de respecter les engagements financiers

En théorie, si le Royaume-Uni peut être sorti de l’Union européenne le 29 mars 2019, les négociations du Brexit pourraient bien être prolongées, si tous les pays membres y sont favorables.

Mme May a également assuré que le Royaume-Uni honorerait ses engagements financiers après le Brexit, pour s’assurer qu’aucun pays n’ait à « payer plus ou recevoir moins » pour le reste du budget en cours, qui s’achève en 2020. Elle n’a cependant pas chiffré cette promesse. L’UE réclame une compensation financière de sortie comprise entre 60 milliards et 100 milliards d’euros ; un point de blocage dans les négociations du Brexit.

« Nous traversons une période critique », mais « quand on se rassemble, on peut aboutir à de bons résultats », a déclaré Mme May, ajoutant vouloir aboutir à un avenir « meilleur » pour tous les citoyens européens.

Le discours de la chef du gouvernement a suscité plusieurs réactions britanniques et européennes. Le négociateur en chef de l’Union européenne, Michel Barnier, a salué vendredi « l’esprit constructif » de ses déclarations. L’UE attend cependant des détails sur « les implications concrètes » de cette allocution, a-t-il ajouté. Le « discours de Florence » a été salué par la principale organisation patronale britannique, la Confédération de l’industrie britannique (CBI – Confederation of British Industry), pour qui « la voix des entreprises a été entendue ».

Le président français, Emmanuel Macron, a noté « des avancées » et les « signaux envoyés par la première ministre britannique montrent une volonté ». « Avant toute avancée, nous souhaitons clarifier les choses sur le règlement des citoyens européens, les termes financiers de la sortie et la question de l’Irlande. Si ces trois points ne sont pas clarifiés, nous ne pourrons pas avancer sur le reste », a-t-il ajouté.

Les partisans les plus durs du Brexit ont cependant critiqué la période de transition proposée par Mme May. « Aujourd’hui est un jour de victoire pour Westminster et la classe politique (britannique). Ils ont adressé un gros doigt aux 17,4 millions de personnes » qui ont voté pour le Brexit, a tweeté Nigel Farage, ex-chef du parti d’extrême droite europhobe UKIP.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/referendum-sur-le-brexit/article/2017/09/22/royaume-uni-theresa-may-veut-une-periode-de-transition-apres-le-brexit_5189866_4872498.html#brLDRJfScPsHL1ep.99

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s